La musique est un art qui peut être considéré comme une forme d’expression. Elle est utilisée pour exprimer des sentiments, des émotions et des idées.

La musique peut être appréciée par tout le monde, quel que soit son âge, sa classe sociale, ses origines ou sa culture. Cependant, il existe de nombreuses différences entre les personnes qui aiment la musique et celles qui ne l’aiment pas.

La musique est-elle réservée à une certaine classe sociale ? Nous allons voir cela de plus près.

Musique et classe sociale

Faire écouter de la musique à son bébé

Les goûts musicaux : une influence de la classe sociale ?

La musique occidentale est très influencée par l’origine sociale de ses auditeurs, en particulier pour les genres pop et R&B. Prenons le cas des chansons du groupe U2, qui est un groupe irlandais formé en 1976.

La musique rock et pop n’est pas à la portée de toutes les bourses. En effet, dès qu’on évoque des artistes comme U2 ou encore Linkin Park, on observe que cela devient plus onéreux car ce genre musical se vend mieux aux États-Unis et au Canada qu’en France. Dans son étude «La musique classique» publiée en 2016, Marc Martinez a démontré que les individus de classe sociale supérieure (CSP+) écoutent beaucoup plus de musiques classiques que leurs collègues issus de classes inférieures (CSP–) ; il y a donc une vraie pratique dans la catégorisation sociale des goûts musicaux : elle reflète l’origine socio-culturelle des auditeurs (Martinez, 2016: 4). Mais une étude récente menée par Jussi Vuorinen montre que la distinction entre CSP+ et CSP– ne fonctionne pas dans le domaine du hip hop puisque celui-ci est consommé par toutes les classes sociales.

Il apparaît donc que lorsque l’on analyse objectivement les goûts musicaux via une approche sociologique basée sur la notion «d’habitus», on constate que cette approche est trop simpliste et doit être nuancée car elle est loin d’être valable pour tous les groupes musicaux (Vuorinen & Hämäriö ,2018 :13).

La musique, une question de classe sociale ?

La musique, une question de classe sociale ? Nous avons tous grandi dans un environnement musical. A l’école, les cours de musique étaient proposés à la majorité des élèves et cette activité était considérée comme normale. Mais ça, c’était avant ! De nos jours, les enfants sont confrontés à différentes offres culturelles qui se développent progressivement.

Il y a bien entendu le classique conservatoire pour apprendre la musique ou encore divers types d’orchestres. Cependant ceux-ci sont très coûteux et n’offrent pas toujours un programme adapté aux jeunes musiciens amateurs.

  • Les orchestres privés
  • Le choix du professeur
  • La mauvaise qualité du répertoire

La classe sociale, une influence sur les goûts musicaux ?

L’influence de la classe sociale sur les goûts musicaux. De nombreuses études ont montré que la musique et le milieu dans lequel évolue un individu ont une influence sur ses goûts musicaux. Ainsi, lorsque l’on est issu d’un milieu aisé, on apprécie par exemple plus certain styles de jeux vidéo.

La musique peut avoir une influence considérable sur nos choix musicaux. Certains artistes ou groupes sont notamment très populaires chez les amateurs de rock classique et autres mouvements hard-rock ou punk. Cela est dû au fait qu’ils correspondent à certains critères de ce genre musical qui plaisent aux amateurs du milieu populaire en général.

Les goûts musicaux, une question de classe sociale ?

Dans un sondage réalisé par l’institut YouGov pour le magazine musical NME, les goûts musicaux de nos concitoyens anglais ont été passés au crible. Selon la question « Est-ce que tes parents ont choisi ta musique ? », les résultats obtenus sont très intéressants et vous permettront d’avoir une idée assez précise du genre de musique qui est écoutée à la maison.

La classe sociale semble être une variable déterminante pour l’achat d’un disque ou autre support de musique. Cela n’a rien de surprenant. En revanche, ce qui peut surprendre, c’est quand on apprend que le moyen le plus efficace pour gagner de l’argent à la maison reste encore d’acheter des livres ! Les élèves issus des familles aisées seraient en effet beaucoup plus enclins à se tourner vers ce type d’achat plutôt que vers un CD ou un album… Dans tous les cas, il y a fort à parier que cette étude ne soit pas spécialement représentative du marché français (et donc qu’elle ne puisse pas être comparée directement à notre cher pays).

Hiérarchie sociale et goûts musicaux : les liens

Le site internet du magazine américain «Time» a réalisé une série de questions pour savoir quels artistes sont aimés par les membres des différentes classes sociales.

L’étude « Time 100 », menée sur 50 000 personnes dans le monde, est un classement des artistes qui ont la cote au sein de différents groupes sociaux. On apprend que la musique est très liée aux goûts culturels et à l’origine sociale.

Les chanteurs populaire comme Taylor Swift, Rihanna ou encore Selena Gomez (qui appartient à la classe moyenne) sont beaucoup plus appréciés par les personnes issues des milieux riches et moins pauvres. Cette hiérarchie dépend également du genre musical pratiqué : certains genres musicaux comme le classique ou la musique indienne sont bien plus appréciés chez les classes supérieures. Dans le cas contraire, on assiste à un affaiblissement de ce type de musiques au profit d’artistes plus populaires tels que Justin Bieber (devenu extrêmement populaire en Inde).

La popularité croissante de nombreuses stars indiennes fait écho aux changements sociaux ayant eut lieu depuis l’indépendance du pays en 1947 : l’ouverture vers le monde extérieur et la globalisation permettent une immigration massive des classes supérieures hindouistes vers l’Occident via le tourisme international. En effet, les classes politiques et intellectuelles indiennes ont vite repris conscience qu’elles avaient une responsabilité historique vis-à-vis de la planète entière pour assurer un avenir meilleur à tous après avoir connu les horreurs de trois guerres mondiales en 20 ans seulement.

Musique et classe sociale : comment s’influencent-elles ?

Aujourd’hui, la musique est une affaire de classe sociale.

La popularité des artistes dépend de leur réussite et du public qu’ils touchent. Cependant, il ne faut pas oublier que la musique a toujours été un reflet de l’intérêt porté aux arts en général et non pas seulement à ceux qui sont populaires. En effet, les mouvements musicaux influencent énormément l’art dans son ensemble et donc comment ils sont perçus par le grand public. On remarque actuellement que les groupes tels que The Beatles ou U2 ont marqués plusieurs générations.

Il est intéressant de constater aussi qu’avoir un niveau plus élevé en musique ne signifie pas forcément être plus cultivés sur cette question artistique, mais plutôt être bien renseigner sur la culture musicale populaire.

La musique, reflet de la classe sociale ?

C’est une question qui divise les partisans de la musique classique, et ceux des musiques actuelles.

Il est vrai qu’une personne peut être considérée comme cultivée ou non en fonction du style musical écouté par cette dernière : le classique, le rap, le rock ou encore l’opéra.

Le critère social semble donc réellement influencer notre vision du monde artistique. Pour aller plus loin dans ce sujet, voici quelques explications sur la relation entre classe sociale et écoute de musique.

  • La popularité des styles musicaux
  • L’importance du statut
  • Les préjugés

Les goûts musicaux, une expression de la classe sociale ?

Les goûts musicaux sont propres à chacun, en effet ceux-ci peuvent varier selon le sexe, l’âge ou la classe sociale. Ainsi un jeune de milieu populaire n’aura pas les mêmes goûts qu’un cadre supérieur. De plus, le choix d’une musique déterminera la personnalité de celui qui écoute : certaines musiques favorisent la bonne humeur et le calme alors que d’autres favoriseront l’excitation et le bruit.

La musique est donc une source de plaisir pour certains mais elle a aussi des côtés négatifs : la consommation excessive de musique peut avoir un impact sur notre système auditif entraînant souvent des acouphènes (sifflements perçus dans les oreilles). Quelques études ont montré que l’exposition à long terme aux hautes fréquences augmentait le risque de maladie cardiaque chez l’adulte.

En conclusion, la musique est bien plus qu’une simple activité culturelle. Elle permet de se détendre, de s’évader et d’oublier les soucis du quotidien. En effet, elle peut avoir des vertus thérapeutiques ou psychologiques. La musique est également un vecteur de communication et d’émotion qui peuvent être très puissants.